Échanger, c’est desserrer le couvercle…

Publié le par mapie


 

 


Parfois,  je croise des gens, et j’entame la conversation, juste  pour quelques mots...  et voilà que je débute la promesse d’une amitié furtive et éphémère.

Echanger un sourire, un conseil ou plus encore, c’est desserrer le couvercle difficile d’un bocal et  laisser croire à l’autre que c’est lui qui l’a fait.
C’est agréable, désintéressé, enrichissant et satisfaisant.

D’ailleurs une « amitié éclair » a cela de bon qu’elle ne se joue de rien. Elle ne cherche pas à plaire, elle est - tout simplement.

Sans doute est-ce la raison pour laquelle il est souvent douloureux ou juste décevant de constater que la magie d’une première rencontre s’estompe dès la seconde.

Enfin, pas pour tout le monde… 

Certaines personnes ont ce truc…. Ce truc qui fait que d’un simple contact, elles construisent le début de quelque chose. 
Ce truc un peu magique de conserver d’une  « première  rencontre » , l’ingrédient nécessaire à chacune des fois qui suivront.


Ce sont des collectionneurs d’instants éphémères  qui peignent  la vie  telle une fresque pointilliste à coups de hasards et d’opportunités saisies, de rencontres et d’échanges, uniques mais réitérés maintes et maintes fois, comme tout autant de premières fois.

Ils créent du lien et l’entretiennent.
Ce truc, je crois, c’est simplement d’aimer les gens à tout instant et pas seulement parfois.  Ce truc, c’est accepter que le couvercle du bocal que l’on vous tend ait été desserré pour vous également avant.
Echanger n’est pas à sens unique, et dans les deux sens il semblerait que cela soit: agréable, désintéressé, enrichissant et satisfaisant.

 

«  je pense que cela veut dire que les rencontres de hasard sont importantes pour le bien-être des gens. »

Haruki Murakami - Kafka sur le rivage

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article